Actualités

Butembo : La lucha exige la révision à la baisse du coût des services offerts par la société énergie du Nord-Kivu

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

Dénoncer ce qu’ils qualifient de  mauvaise qualité et cherté des services offerts aux abonnés par la société énergie  du Nord Kivu, ENK.

Voilà ce qui a motivé  la marche pacifique organisé à Butembo ce vendredi 1er novembre 2019  par le mouvement citoyen lutte pour le Changement.

Cette marche pacifique est partie du CAP KALIMBUTE   pour chuter au bureau d’ENK, sur le boulevard Joseph Kabila non loin de l’hôtel SEMULIKI.

Ici, les manifestants ont déposé un mémorandum. Dans ce document ils dénoncent notamment le délestage,  le prix très élevé  d’abonnement au réseau électrique de ENK et  l’absence de l’éclairage public.

Les manifestants ont aussi formulé certaines recommandations. Notamment la stabilisation du courant électrique afin de limiter les dégâts matériels, l’adoption des frais d’abonnement aux conditions de vie de la population, la suppression pure et simple des frais de location du compteur par les abonnés.

La Lucha recommande par ailleurs aux autorités politico-administratives de Butembo, la prise en charge de l’éclairement public qui relève de leurs compétences.

Au Gouvernement central, la Lucha demande l’ouverture du marché local de production et de distribution de l’énergie électrique aux autres investisseurs, privés et publics, en vue de stimuler la concurrence dans ce secteur.

En réaction à cette manifestation, le directeur financier  de ENK  James Vanhoutte   dit ne  pas comprendre  les revendications  de la LUCHA  d’autant plus que la  plupart de ses abonnés sont satisfaits de la qualité  des services leur offerts par ENK.

« Nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi la Lucha déclare que nous fournissons un mauvais service. Pourtant, moi je n’ai jamais rencontré des clients mécontents. Dans la plupart des cas, nous recevons des félicitations, voilà donc pourquoi nous sommes très étonnés », s’est-il-indigné.

JAMS VANHOUTTE a enfin indiqué que toutes les revendications de   la Lucha, citant le cas de la question de l’éclairage public, la réglementation du prix du kilowattheure devraient trouver solution auprès de l’autorité publique et non  au sein de Energie Nord-Kivu.

Nelson Rafiki  

 

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :