Actualités

ANALYSE : Joseph Kabila n’est plus éligible à la magistrature suprême selon le constitutionaliste Muhindo Malonga

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

La constitution de la république démocratique du Congo permet-t-elle   à un ancien président de la république, qui a épuisé ses deux mandats successifs de  revenir aux affaires  comme  président de la république?

« La réponse à cette question est négative sur le plan du droit, dans la mesure où il  jouit  d’un statut viager de sénateur à  vie incompatible avec le mandat d’un président de la république en RDC ». Telle est l’analyse du Professeur Muhindo Malonga, enseignant du droit constitutionnel à l’Université Catholique du Graben.

Il estime que la possibilité  du retour de l’ex chef de l’Etat congolais Joseph Kabila sur la scène politique en 2023, tel que voulu par les cadres et militants du PPRD au cours de leur dernier mini congrès  à Lubumbashi, pose un problème de démocratie au sein des partis politiques  congolais.

Pour ce constitutionaliste,  Joseph Kabila  ne peut plus postuler  comme président de la république car il est sénateur à vie.

«On ne peut pas être à la fois Sénateur ou parlementaire et membre de l’exécutif ou alors président de la république. Dès lors que quelqu’un a le statut de sénateur à vie, et qu’on ne peut pas le lui enlever, logiquement cette qualité-là de sénateur rend irrecevable sa candidature à la présidentielle. Donc sur le plan du droit, Kabila ne devra plus pouvoir postuler, étant donné qu’il est sénateur à vie et que c’est un statut viager », explique le Professeur Muhindo Malonga.

Il ajoute que le débat  au tour  d’un éventuel retour  de joseph Kabila    aux affaires  en  2023  traduit une pauvreté idéologique au sein des partis politiques  de la RDC.

«Je ne crois pas que ce soit ça la priorité du moment. Alors que le peuple est en train d’affronter d’autres difficultés de la vie et d’autres formes de mauvaise gouvernance et tout de suite ils veulent nous plonger dans le débat électoral. Donc cela traduit une pauvreté idéologique ou programmatique au niveau du PPRD. Autre chose, est-ce qu’au niveau du PPRD, il n’y a pas d’autres personnalités qui peuvent porter un projet de société ? Ce n’est quand-même pas lié à un individu. Un parti politique ce n’est pas un individu.», ajoute-t-il.

Il a enfin  émis le vœu de voir les énergies, les idées et les dynamiques de gouvernance se renouveler dans la  mesure où le pouvoir use.

Rédaction

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :