Actualités

Butembo: Certaines couches de la population rejettent le recours aux forces étrangères dans la traque des groupes armés

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

Le probable recours de la RDC aux forces étrangères dans la lutte contre les groupes armés à l’Est du pays fait aussi réagir la classe politique de Butembo.

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) Butembo soutient l’idée d’associer les forces étrangères au plan de pacification de la RDC.

«Nous, nous voulons la paix quelque soit la force que viendra nous la faire, nous allons saluer. Je sais que certains congolais craignent ce qu'ils avaient vécu dans l'histoire en 2008 surtout avec l'entrée des forces rwandaise. Mais nous l'essentiel c'est la paix et surtout que la diplomatie s'est activée dans ce sens», s'exprime monsieur Jean de Dieu KASONIA porte-parole de l’union pour la démocratie et le progrès social au niveau local ville de Butembo.

Pour Mumbere Mze Wavene, secrétaire exécutif sous fédéral de Butembo du mouvement social (MS) parti membre de la coalition Lamuka, le fait pour la RDC de recourir aux forces des pays voisins pourrait alimenter la stratégie de la balkanisation du pays.

«Quand quelqu'un cherche un appui au Rwanda, en Ouganda, au Burundi, en Tanzanie ou en Somali, nous doutons de cette force, parce que nous on croit déjà au renforcement de capacité pour vouloir balkaniser ce pays. Mais peut-être si le pays peut faire recours à la force extérieure comme l'avait fait le Mzee Kabila, avec la force Artémis française, là nous serrions d'accord», opine le secrétaire du Mouvement Social en ville de Butembo.

Ces acteurs politiques proposent à l’Etat de faire plutôt de renforcer les forces armées de RDC en moyens logistiques au lieu de recours aux pays comme le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi.

Pour sa part la coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu se montre défavorable à toute initiative d’entrée des armées des pays voisins sur le sol congolais pour appuyer les FARDC dans la traque des groupes armés à l’est de la RDC.

Par le biais de son vice-président, cette structure propose une force sous régionale ou internationale afin d’imposer la paix dans l’Est de la RDC.

D’après Edgar MATESO, le Rwanda, le Burundi ou encore l’Ouganda font partie du problème qui secoue l’est de la RDC.

Faire appel aux armées de ces pays serait renforcé l’agression du pays et une infiltration de plus des forces de défense et de sécurité congolaises craint la société civile.

Rédaction

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :