Actualités

Beni: Massacres des populations civiles, le journaliste Nicaise Kibel bel explique la thèse du terrorisme

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

D’après Nicaise Kibel Bel Oka, éditeur du journal les coulisses paraissant au nord Kivu et écrivain, la région de Beni est bel et bien victime du terrorisme.

Pour, certaines gens ont encore difficile à accepter cette thèse, à cause notamment de l’ambiguïté entretenue au tour de l’identité des rebelles qui tuent dans la zone Beni.

Il l’a déclaré Mercredi au cours d’une interview exclusive accordée à Rtvh Butembo, en marge de la journée mondiale de lutte contre le terrorisme de chaque le 11 septembre de l’année.

En établissant le lien entre les violences de Beni et le terrorisme, ce Journaliste et écrivain explique le mode opératoire des rebelles ADF. « Lors que nous observons et nous analysons le mode opératoire, les actes que commettent les ADF à Beni, nous nous rendons compte que ces actes entrent dans la définition du terrorisme. Il y a du kidnapping, des massacres d’une rare violence où l’on décapite les gens, il y a des attaques contre la population civile, des attaques qui évitent l’armé, il y a aussi des bombes qu’on avait jetées dans la ville notamment à la mairie et aussi au niveau de l’alimentation de l’Est. Donc tous ces actes, sont des actes qui fondent notre conviction sur le terrorisme ».

Il confirme par ailleurs la dimension religieuse dans les attaques contre la population civile à Beni. Il parle d’un mouvement islamiste. Face au rejet par certaines personnes de la thèse terroriste à Beni, Nicaise Kibel Bel pense que cela s’explique par le fait que les Islamistes (ADF) ont, à l’époque créé une confusion autour de leur identité. « Le fait aussi qu’ils sont restés avec la population, parce qu’ils ont été accueillis par cette population innocemment et aujourd’hui il est difficile pour la population d’accepter que les gens qu’ils avaient accueillis, des gens à qu’ils avaient offert leur hospitalités puissent les tuer. Mais pour comprendre ce qui se passe, il faut faire des recherches, il faut analyser, et c’est ce que nous avons fait », fait savoir ce journaliste écrivain.

Il ajoute qu’il y a un terrorisme à Beni, contre lequel des efforts doivent être urgemment fédérés en vue de la pacification de la zone.

Rédaction

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :