Actualités

Butembo : La justice au point mort, les magistrats et officiers du ministère public en grève

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

C’est désormais officiel, les activités resteront suspendues jusqu’à nouvel ordre au niveau des tribunaux et parquets du ressort du tribunal de Grande instance de Butembo.

Ainsi viennent de décider ce mardi 6 aout les magistrats œuvrant dans ces juridictions en solidarité avec leurs collègues d’autres ressorts à travers la RDC déjà en grève.

Ils revendiquent entre autre l’application du barème salarial des magistrats signé en juin dernier par le président du conseil supérieur de la magistrature Bénoit Lwamba Bintu.

Ce mouvement de grève   aura certes plusieurs conséquences sur les justiciables. Les magistrats du ressort du tribunal de grande instance de BUTEMBO sortent enfin de leur silence et fixent l’opinion au sujet du mouvement de grève observé depuis un certain temps par les magistrats congolais.

Au cours de leur réunion tenue ce mardi 6 août dans la salle d’audience du TGI Butembo, les juges et les officiers du ministère public ont d’abord examiné le mouvement de grève des magistrats à travers le pays en vue de prendre une position commune quant à ce.

Après analyse et échangent ils ont décidé à l’unanimité de suspendre toute activité professionnelle à partir de ce mardi 6 août jusqu’à nouvel ordre.

C’est en guise de solidarité avec leurs collègues d’autres ressorts sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo.

Les magistrats congolais revendiquent à travers cette grève l’application du barème salarial des magistrats signé en juin dernier par le président du conseil supérieur de la magistrature Benoit Lwamba Bintu et l’amélioration de leurs conditions sociales et professionnelles. 

Cette grève sans service minimum qui vient d’être déclenchée par les magistrats du ressort du tribunal de grande instance de Butembo entraine plusieurs conséquences dans le camp des justiciables.

A titre illustratifs les prévenus en détention vont rester sans être jugés jusqu’à ce que ces magistrats reprennent le travail.

Il en est de même pour les détenus qui seront arrêtés à partir de ce mardi et qui vont croupir dans les amigos de la place sans voir l’instruction de leurs dossiers.

A ceux-ci s’ajoutent la suspension de la tenue des audiences publiques au niveau du tribunal, la souffrance des dossiers en cours   d’instruction au parquet.

Cette situation va à son tour provoqué la violation des droits de l’homme par les officiers de police judiciaire.

Il faut dire aussi que pendant ce mouvement de grève qui ne sera levé qu’à l’unique condition de satisfaire des revendications des grévistes, seule l’administration des tribunaux et parquets fonctionnera comme à l’accoutumée.

Rédaction

 

 

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :