Actualités

Butembo : Le patriotisme n’est se manifeste pas par l’adhésion dans les groupes armés

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

L’appartenance à un groupe armé n’est pas une preuve de patriotisme moins encore l’expression de loyauté qu’a un citoyen vis-à-vis de l’Etat.

Propos du deuxième vice-président de la coordination urbaine de la société civile de Butembo.

Rencontré ce jeudi 9 mai 2019 par la RTVH pour commenter les attaques en répétition dont fait objet la ville, monsieur Elie KWIRAVUSA parle d’une attitude qui fait reculer davantage Butembo surtout avec des graves risques dans le contexte actuel de l’épidémie d’Ebola. Il conseille les jeunes d’intégrer l’armée régulière et servir sous le drapeau que de périr dans des mouvements illégaux pour des raisons inavouées.  

Il n’y a pas d’arguments convaincant à avancer pour tenter de justifier la série d’attaques menées actuellement contre la ville de Butembo par des miliciens présumés MAI-MAI. De l’avis du deuxième vice-président de la société civile de Butembo, ces attaques sont plus suicidaires pour une ville menacée par la maladie à virus Ebola.

Elie KWIRAVUSA regrette, en effet, que certains jeunes s’offrent davantage en sacrifice dans des champs de batailles prétextant défendre des causes qui ne profitent pas malheureusement à la communauté qui les héberge. Il invite les jeunes à quitter la brousser pour intégrer les FARDC afin d’assurer l’intégrité du territoire national.

Le deuxième vice-président de la société civile de Butembo encourage entre temps les équipes de la riposte à braver la peur et à continuer la prise en charge adéquate des cas de la maladie à virus Ebola, après plus de trois jours enfilés sans suivi des contacts.

Pour la FEC Butembo-Lubero les troupes causent d’énormes pertes financières

Par ailleurs, la Fédération des Entreprises du Congo patronat de Butembo-Lubero déplore d’énormes pertes enregistrées ces derniers jours suites aux tensions régulières vécues dans la ville de Butembo. En termes des chiffres d’affaire, le Président de la FEC Butembo-Lubero parle d’un manque à gagner journalier de plus ou moins, un million de dollars américains que la ville connait lors des troubles entrainant la paralysie des activités commerciales.

C’était aussi, le cas pour le mercredi dernier, lorsque la ville a connu une attaque armée, indique Polycarpe NDIVITO. Motif de plus pour le président de la FEC Butembo-Lubero, d’appeler les jeunes de la région à privilégier la paix et à contribuer au développement de leur milieu.

Consécutivement à la situation d’affrontement qui a été vécu ce mercredi en ville de Butembo et qui avaient aussi paralysé les activités socio-économiques là-bas, la fédération des entreprises du Congo FEC Butembo-Lubero lance un appel pathétique aux groupes armés de renoncer à la brousse.

Pour son président Polycarpe Ndivito, qui lance cet appel indique que la FEC promet engager et encadrer tout jeune qui va répondre à cet appel. Car d’après le président de la FEC, les paralysies successives des activités provoquent des conséquences économiques à chiffre d’affaire très importantes. Il félicite ainsi les forces de l’ordre pour avoir sauvé la ville

Rédaction

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :