Actualités

Nord-Kivu : Les prostituées de Butembo reprochent aux agents de la santé de faire de relations sexuelles non protégées en dépit de l’existence d’Ebola

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

L’avènement du phénomène Ebola en ville de Butembo n’a presque pas joué contre la routine dans certaines professions.

Si ce n’est pas seulement l’introduction de la culture des lavages réguliers des mains avant et après les services.

Il s’agit notamment de la prostitution qui est déjà un métier à risque même en temps normal. Mais au sein des quartiers généraux des prostitués à Butembo, tout se passe normalement malgré Ebola, un virus hautement contagieux par simple contact corporel.

Juste au début, la maladie à virus Ebola a semé une terreur dans le chef des prostituées de Butembo. L’une d’entre elles qui s’est confiée à notre média, se souvient que certaines professionnelles de sexe ont d’ailleurs déserté les quartiers généraux, fuyant la prostitution, une profession qui était devenue extrêmement dangereuse de par les modes de contamination tels que décrits par les professionnels de santé incluant des secrétions sexuelles.

Mais huit mois plus tard, la crainte d’attraper Ebola dans les QG semble avoir été dissipée. Je peux dire qu’elle n’e se protègent pas contre la maladie. Je le dis parce qu’Ebola se retrouve dans la salive, je ne sais aussi quoi. Mais vous voyez les partenaires se faire des tirs langues. Une question se pose ces tirs langues là ne peuvent-ils pas propager Ebola ? Et si Ebola est là je crois que ça peut bien passer par ces tirs langues. Ils ôtent les vêtements et couchent sans condoms.

 

Très réservée, notre interlocutrice raconte que quand l’épidémie était déclarée à Butembo en septembre 2018, elle avait bien peur de gâcher sa vie. Elle ajoute, entre temps, que c'était trop risqué pour elle de se laisser caressée par un homme de peur d’être contaminée.

Vivant aux dépens de la prostitution, la professionnelle de sexe affirme avoir repris ses anciennes pratiques professionnelles avec n'importe qui, car motivée par le fait que certains agents de santé comptent parmi ses clients d’honneur. Mais en l’entendre, elle brule encore d’envie d’être sensibilisée et éclairée davantage sur Ebola, un virus contre lequel toute la communauté devra lutter.

Qu’on nous dise plus sur Ebola. C’est la vérité qui affranchit. On vous dira qu’Ebola est un danger. Mais vous les verrez, ils nous couchent sans condoms et nous font des tirs langues. Moi je ne sais pas refuser si je suis prête. On couchera et on verra réellement si nous avons peur d’Ebola. Mais ils n’ont pas peur.

Notre interlocutrice exclut cependant l’hypothèse selon laquelle la prostitution serait devenue une profession par défis. Dans quelques quartiers généraux des prostituées de Butembo sillonnés par nos reporters, aucun dispositif de lavage des mains n’était visible.

Si certaines responsables de QG n’y accordent pas de crédit, d’autres par ailleurs placent des bassins avec du savon devant les portes de ces maisons de tolérance pour les clients et les professionnelles de sexes.

Rédaction  

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :