Actualités

Butembo : Il n’y a jamais eu de suspension des activités aux cliniques universitaires du graben

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

Les cliniques universitaire de l'UCG n'ont pas cessé de dispenser des soins de santé primaires aux patients alités dans cette structure et à ceux qui se font soigner en ambulatoire.

Assurance faite ce mardi à RTVH par le docteur François, médecin directeur des cliniques universitaire du graben.

Il renseigne que la vague de libération des patients qui s’observe aux cliniques universitaires depuis le drame de vendredi 19 avril est consécutive à la demande de certains patients qui disent crainte pour leur sécurité. Il n'y a aucune option de refoulement des patients qui a été levée par le personnel soignant aux cliniques universitaires du graben, malgré l'attaque armée qui a ciblé cette structure sanitaire, faisant des dégâts humains et matériels, affirmation du Docteur François médecin directeur de cette institution des soins.

Selon ce médecin pédiatre, quelque soit le choc depuis les événements de vendredi, les agents sont bien attachés à leur postes. Il affirme avoir inscrit parmi ses activités journalières un tour de salle d’encouragement du personnel et des patients. Docteur François souligne entre temps une baisse des fréquentations aux cliniques universitaire mais il se dit rassurant.

Sachez que le ministre de la santé publique a séjourné ce mardi en ville de Butembo. Avant de s’enquérir de l’état d’avancement de la riposte à Butembo, le docteur OLY ILUNGA a effectué une visite au site de l’horizon où est tombé feu docteur Richard MUZOKO.

Les équipes de la riposte ne devraient baisser les bras face aux menaces dont elles font objet dans la lutte contre la maladie à virus Ebola à Butembo. Ce propos ont été tenus ce mardi 23 avril 2019 par le ministre national de la santé qui remontait le moral des agents de la riposte contre Ebola quelques jours après l’assassinat de docteur Richard MUZOKO aux cliniques universitaires du graben.

Pour le docteur OLY ILUNGA la meilleure façon d’assurer la sécurité des équipes de la riposte c’est d’en finir le plus tôt avec l’épidémie dans la région. Dans sa suite, on a noté la présence des chefs coutumiers. Ces derniers indiquent que le sang du docteur MUZOKO ne coulera pas en vain et des cérémonies coutumières pour venger son sang sont en cours.

 Rédaction

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :