Actualités

BASHU : Les professionnels de la santé toujours en grève sèche et la riposte contre Ebola multiplie la sensibilisation sur place

Écrit par Rédaction Rtvh Butembo
Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     

Une semaine après le lancement de la grève par les personnels soignants de la zone de santé de Vuhovi,

la société civile de la chefferie des Bashu s’inquiète. Cette structure citoyenne plaide pour un service minimum dans les douze aires de santé que compte cette zone de santé.

Ce plaidoyer vient de MUMBERE WANGEVE Roger président des forces vives de cette entité territoriale décentralisée du territoire de Beni. Pour lui, il s’observe déjà des conséquences énormes à cause du radicalisme des infirmiers. C’est notamment la multiplicité des décès communautaires et des mort-nés suite au manque des soins dans aires sanitaires.

Le président de cette structure citoyenne regrette qu’actuellement tous les malades se fassent soigner en ville de Butembo. Cependant, il appelle les habitants de Bashu au bon sens pour ne pas détruire eux-mêmes les efforts fournis jusque là dans le secteur sanitaire dans cette chefferie.

Pendant ce temps les équipes de la riposte contre Ebola s’y impliquent dans la sensibilisation

L’essentiel de cette sensibilisation était d’éclairer les zones d’ombre aux chefs des groupements, des localités et aux volontaires de la chefferie des Bashu sur la maladie à virus Ebola. La rencontre a été organisée ce Mardi 26 Février par la sous-coordination de la riposte en ville de Butembo et environs. C’est la salle de réunion du bureau administratif de cette chefferie de Bashu qui a servi de cadre pour ces assises sensibilisatrices. Plusieurs thèmes ont été décortiqués dont l’origine de la maladie, la prévention ainsi que les enterrements dignes et sécurisés.

Le docteur CHRISTOPHE SHAKO, coordonateur de la sous coordination de la riposte contre Ebola a fait savoir que l’engagement communautaire reste le vrai remède à cette épidémie. C’est pourquoi son équipe s’est approchée de leaders communautaires pour atteindre toutes les couches de la population des Bashu, a-t-il dit. Cet acteur sanitaire se dit content de l’interaction qui a caractérisé la rencontre du jour.

Au nom des participants à cette séance d’échange, le secrétaire administratif de la chefferie des Bashu a promis mettre en pratique tous les enseignements appris pour éviter la résistance dans le chef des habitants. La maladie à virus Ebola est dans sa phase aigue en chefferie des Bashu avec 116 contacts des malades qui ne sont pas suivis, s’inquiète le docteur CHRISTOPHE SHAKO. Après la rencontre, les participants se sont dits satisfaits de ces échanges si fructueux.

Rédaction

 

Partager cet article
FaceBook  Twitter  Mixx.mn     
Catégorie :